Amateur de fruits de mer, et plus particulièrement d’huîtres, vous vous régalez régulièrement de ces petits trésors issus des eaux salées. Votre plateau ne manque d’ailleurs jamais d’en présenter quelques-unes, que ce soit lors d’un repas de fête ou simplement pour un repas sur la côte ou dans les terres. Mais comment différencier une huître laiteuse d’une charnue ? Quelles périodes de l’année sont propices à la dégustation de ces coquillages ? Autant de questions qui vont trouver réponse dans les lignes qui suivent.

Laiteuse ou charnue ?

Avant toute chose, il est important de définir ce que sont une huître laiteuse et une huître charnue. En effet, bon nombre de personnes confondent ces deux notions alors qu’il ne s’agit pas du tout de la même chose. Lorsque certains disent raffoler des spécimens laiteux, ils consomment, en réalité, des variétés charnues. Mais quelle est donc, alors, la différence entre ces deux états ? Une petite explication s’impose afin d’y voir plus clair.

  • Une huître laiteuse peut se retrouver dans les assiettes sur la période s’étalant de mai à août uniquement. Cette période correspond, en fait, aux mois de reproduction des huîtres. Durant ce laps de temps, elles se mettent à produire une sorte de lait, d’où leur appellation “laiteuse”. Cette substance n’est, en réalité, rien d’autre que la semence de ces coquillages.
  • Une huître charnue, quant à elle, se reconnaît par son aspect blanchâtre, sur les zones où sa chair est la plus épaisse. Ce sont, en général, les huîtres spéciales qui proposent ce type de caractéristique. Leur goût se révèle, en outre, très intense. Les amateurs d’huîtres les apprécient d’ailleurs tout particulièrement pour ces saveurs prononcées.

Le principe des mois en “R”

Alors, pour ceux qui ne souhaitent surtout pas tomber sur ces huîtres laiteuses, que ce soit parce qu’ils n’en aiment pas la saveur, la texture, ou parce que la simple idée de déguster la semence de leur coquillage favori ne les attire absolument pas, il suffit simplement de respecter le principe des mois en “R”. Ainsi, en janvier, février, mars, avril, septembre, octobre, novembre et décembre, les consommateurs sont assurés de déguster des spécimens uniquement charnus et non laiteux s’ils présentent des zones blanchâtres en leurs chairs.

cta-livraison-fruits-de-mer-paris

Et les autres mois alors ?

Mais que faire si vous voulez, malgré tout, pouvoir vous offrir un succulent plateau d’huître sur la période de reproduction ? La solution existe. Les amateurs d’huîtres, qu’elles soient d’Isigny, d’Utah Beach, du bassin d’Arcachon ou encore de Cancale, peuvent se faire plaisir en choisissant des spécimens commercialisés sous l’appellation d’«Huîtres de saison». Ce sont des huîtres stériles spécialement élevées par les ostréiculteurs afin de satisfaire aux goûts de toutes et tous. Ces huîtres stériles, aussi nommées triploïdes, sont d’ailleurs produites tout au long de l’année.

Finalement, il vous sera possible, en toute période de l’année, de sélectionner des huîtres capables de satisfaire votre palais. Votre poissonnier habituel, ou l’ostréiculteur lui-même sauront vous conseiller et vous orienter dans votre choix en cas de doute.